◇ SHAKE IT OFF ◇
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 First step - seduce her # Pv Fuyuko Koizumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: First step - seduce her # Pv Fuyuko Koizumi   Mar 27 Jan - 19:47



ZERO x FUYUKO


On n'entendait rien, si ce n'était le « tut, tut, tut » répétitif de chaque article qui passait entre les mains du caissier pour se faire scanner. Zero l’observait, de toute sa hauteur, avec cet air toujours un peu absent. Le temps lui semblait infiniment long, pourtant. Et s'il n'avait pas été de nature aussi calme, sans doute aurait-il finit par perdre patience, insulter le caissier pour son incompétence, sa lenteur, mais aussi pour son regard, lourd de sens, qui en disait long sur ce qu'il était en train de penser. Mais qui s'en souciait, au fond ? Zero ne ressentait pas la moindre gêne à s'être présenté ici, à cette caisse, avec une quantité plutôt incroyable de bols de nouilles instantanées. Il y en avait tellement, qu'on aurait pu penser qu'il s'apprêtait à faire quelques réserves pour l'année. Mais le pire, c'est qu'il n'avait remplit son panier que de ça, ce qui, au fond, expliquait sans doute la surprise et l'opinion silencieuse que se faisait l'homme qui était en train de bipper, un à un, chaque produit, chaque exact même produit, avec une lassitude et une hésitation qui pouvait faire se demander s'il n'attendait pas, qu'à tout moment, Zero finisse par lui demander d'arrêter sa manœuvre et changer d'avis sur le contenu de ses achats. Mais… Non. Il n'en ferait rien. Ces nouilles représentaient la base de son alimentation, pour ne pas dire que c'était la seule chose qu'il avait le temps, l'envie, ou la capacité de préparer. Surtout que ces temps-ci, avec son travail à SIO, il n'avait même plus le courage de sortir dans quelques restaurants que ce soit après le boulot. Oh, son poste en soit n'était ni fatiguant ni contraignant, mais à chaque fois que ses journées se terminaient, il n'avait plus qu'une seule envie : rentrer chez lui, s'occuper de ces deux protégés – Kanna et Kanon – puis s'installer devant sa télé avec un bon bol de nouilles chaudes entre les mains.

C'est pour cette raison qu'une fois encore, c'est avec deux grands sacs remplis de nouilles que Zero repartit chez lui, montant les marches qui menaient au palier de son appartement deux par deux, avant de s'arrêter devant sa porte. Ses clés étaient dans sa poche. Dans sa paresse de fin de journée, Zero n'eut pas le courage ni l'idée de déposer ses sacs avant de tenter une fouille approfondie de sa veste dans l'espoir d'y trouver la clé de son chez lui. Non, il fit quelques gestes maladroits jusqu'à pouvoir enfouir ses mains dans ses poches, les sacs toujours sur les bras, ce qui ne fit que le gêner dans sa manœuvre, et bientôt, il paya cher son imprudence, quand l'une des poignées de son sac lâcha, ne tardant pas à faire se déverser tout le contenu du plastique sur le sol, ou presque. Zero eu le réflexe d'enrouler sa main autour de l'ouverture béante du sac, sauvant quelques bols de nouilles. S'il avait été d'un naturel nerveux – et il pouvait l'être, mais il n'y avait aucune raison qu'il le soit, pour l'instant – Zero se serait franchement énervé suite à ce petit incident, dont-il ne pouvait rejeter la faute que sur lui-même. Mais à la place de ça, c'est avec un calme presque perturbant qu'il décida de s'accroupir, eut cette fois l'intelligence de poser ses sacs au sol et commencer à ramasser les pots éparpillés par terre, les entassant dans ses bras.

Ce n'est que quand il se saisit du dernier, qu'il remarqua quelque chose : des pieds, des petits pieds qui plus est, même si ça n'avait pas d'importance. Des pieds accrochés à des jambes – logique – fines et élancées. Zero fit remonter ses yeux le long de ces jambes, découvrant au fur et à mesure tout un corps, celui d'une femme.

« Bonjour. »

Dit-il simplement, agissant par politesse, dans un premier temps. Il venait de se redresser, ajoutant sur sa pile de pots de nouilles celui qu'il venait de ramasser en face de l'inconnue. Une inconnue peut-être pas si inconnue que ça. Zero plissa les yeux. Ce visage lui semblait familier. Détaillant un peu mieux la jeune femme, le policier se rendit compte que cette dernière avait sa main posée sur la poignée d'une porte, celle de l'appartement voisin. Sa voisine, donc, sans nul doute. Elle tenait également un chiffon. Mais ce qui frappa surtout Zero, c'était que cette presque étrangère était vraiment très agréable à regarder. Oh, sa beauté n'était pas de celles qui vous subjugue, c'était une beauté assez simple, presque « commune », même si dans l'esprit de Zero, ce sens-là n'était pas péjoratif, bien au contraire. L'homme adorait tout ce qui était normal, peut-être parce qu'il savait qu'il ne l'était pas. Il aspirait à la normalité, à la banalité, de son existence, et d'un amour aussi. Un sourire étira les lèvres de Zero. Un sourire assez doux, en vérité. Mais un sourire qui se voulait intentionnellement charmeur. Il n'avait pas pu s'en empêcher, d'y penser : penser que cette jeune femme serait peut-être la personne idéale pour lui. Oui. A chaque fois, c'était la même chose. Oh, il n'était pas tombé amoureux, non. Zero ne tombait jamais amoureux. Mais son désir de possession grandissait chaque jour un peu plus alors que son célibat s'éternisait. Et il lui semblait avoir trouvé la cible idéale pour le sortir de cette horripilante situation. Une situation sombre, angoissante, qui l'agaçait, le perturbait et qu'il devait calmer avec de gros efforts et pléthores de médicaments. Il en avait assez. Oui. Clairement.

« Je m'excuse de vous avoir dérangé. »

Dit-il, toujours souriant, en s'adressant à la demoiselle. Avant de s'agiter doucement, jeter un œil vers la porte de son propre appartement, puis reposer son regard sur sa voisine. Il se força à afficher une mine un peu gênée, bien qu'il ne le fut pas tant que ça. Mais il devait jouer le jeu, et il comptait bien le gagner, peu importait les faux-semblants.

« Cela vous ennuierait-il de m'aider à ouvrir la porte ? Si je bouge un peu les bras, j'ai bien peur de vous offrir à nouveau un spectacle assez pathétique. »

Mais en fait il s'en fichait. Si ça n'avait tenu qu'à lui, s'il avait été seul, ou si cette étrangère n'avait pas suscité son intérêt, il aurait été tout à fait capable de laisser retomber négligemment toute cette nourriture sur le sol, juste pour pouvoir, à son aise, rentrer chez lui. Seulement, la situation avait changée. Zero baissa la tête, ses yeux se posant quelques secondes sur la poche droite de son blouson.

« Les clés devraient se trouver dans cette poche-là. », avait-il finit par ajouter. « Si ça ne vous dérange pas, évidemment. », termina-t-il, avec son sourire de donjuan.
Revenir en haut Aller en bas
Fuyuko Koizumi
─ INFIRMIÈRE ─
avatar
Messages : 33
Inscription : 24/01/2015
Avatar : Taiwan ; Axis Powers: Hetalia
Origines : Japonaises
Hobby et/ou Emploi : Infirmière de l'école

MessageSujet: Re: First step - seduce her # Pv Fuyuko Koizumi   Jeu 29 Jan - 19:54

Spoiler:
 

Depuis que Koizumi avait commencé son nouveau travail, elle avait le sentiment que sa vie était devenue exceptionnelle.
En vérité, rien n’avait changé, si ce n’était que ses douches de fin de matinée et de début d’après-midi avaient dû être décalées pour s’adapter à ses horaires. Dorénavant, elle ne passait plus ses journées à attendre des réponses d’employeurs qui ne venaient jamais, et même si elle ne l’aurait jamais avoué, ça l’avait grandement soulagée. Après avoir nettoyé l’infirmerie dans les moindres recoins, entre quatre et huit heures du matin (pour ne pas empiéter sur son temps de travail), elle était presque capable d’enlever son masque antibactérien en étant à l’intérieur ! Encore quelques nuits clandestines de nettoyage et elle n’aurait probablement plus rien à craindre !
La vie lui semblait belle et normale. Et les journées étaient aussi longues qu’avant. Rien de bien différent, mais elle était de bonne humeur.
Ce soir-là elle rentrait de chez sa grand-mère et il faisait déjà nuit lorsqu’elle monta les quelques marches qui la séparait de son appartement. Ses yeux la piquaient mais elle n’avait plus vraiment très mal ; elle supposa que d’ici une heure ou deux, elle irait très bien. Comment pourrait-elle être malade dans son appartement ? Il était le seul et unique endroit parfaitement propre qu’elle connaissait.
Il était pour elle comme un havre de paix, en dehors du monde, paisible.
Elle s’arrêta sur le palier et sortit un chiffon (utilisé pour la cinquième fois de la journée) pour nettoyer sa poignée de porte, comme d’habitude. Elle était tant habituée à faire ce geste qu’elle ne parvenait à oublier qu’elle le faisait malgré tout.
Elle frotta une fois. Deux fois. Trois fois. Quatre.

Un bruit attira son attention, la bloquant dans ce qu’elle faisait. Elle répétait le bon nombre dans sa tête en boucle, pour ne pas le perdre.
Son voisin, monsieur Tadashige, avait renversé par terre tout le contenu de son sac. Ses yeux se perdirent sur la quantité astronomique de nouilles instantanées qu’il avait avec lui. Elle commença à les compter, instinctivement. Un deux trois, quatre. Quatre ! Sa main ne touchait plus la poignée, elle n’avait pas terminé ce qu’elle faisait. Elle commença à angoisser, ne sachant plus quoi faire en premier. Ça ne lui arrivait jamais d'être interrompue dans son rituel.
Finalement elle rangea son chiffon (sali par sa sixième utilisation) et abandonna le nettoyage de sa poignée de porte pour le moment, prenant sur elle pour ne pas paniquer.
Koizumi fit un pas sur le côté mais fut un peu déçue en voyant qu’il avait déjà tout remis dans ses sacs. Elle aurait aimé pouvoir continuer à compter – elle détestait perdre le compte. Elle se sentait malade rien qu'à l'idée de perdre le compte.
- Je m'excuse de vous avoir dérangé.
Elle ne sut pas quoi répondre, sentant des frissons dans ses mains et une douleur dans son crâne. Elle s’avança simplement vers lui et s’inclina sans un bruit en guise de salutations.
- Cela vous ennuierait-il de m'aider à ouvrir la porte ? Si je bouge un peu les bras, j'ai bien peur de vous offrir à nouveau un spectacle assez pathétique.
Il lui indiqua ensuite sa poche où se trouvaient les clés.
Cela aurait été malpoli de refuser, alors elle prit un autre chiffon (elle en avait sur elle une quantité bien trop importante pour que ce nombre soit donné, mais elle les avait comptés plus d’une fois évidemment) et mit sa main tremblotante dans la poche de Tadashige.
À son grand soulagement, elle trouva facilement les clés et les nettoya six fois d’un geste circulaire. Elle rangea son chiffon, vint aux côtés de son voisin et déverrouilla la porte.
En laissant les clés dans la serrure, elle donna un petit coup sec pour lui permettre de passer.
Elle se recula pour regarder Tadashige dans les yeux.
- Dites-moi, combien avez-vous de bols de ces nouilles instantanées ?
Elle avait besoin de connaître le nombre.
- Ce n’est pas très bon, vous savez ! Vous n’avez pas de femme pour cuisiner pour vous ? demanda-t-elle, comme s’il était là le seul rôle d’une épouse. Vous devriez lui dire de faire des efforts.
Heureusement qu'il n'était pas marié, sinon Madame Tadashige n'aurait probablement pas apprécié.


Revenir en haut Aller en bas
 

First step - seduce her # Pv Fuyuko Koizumi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» One step ahead
» Team Omega Pharma Quick-Step
» Sean ✖ Step in the car and I'll take you down for the ride.
» Présentation De La Sorcière => Akako Koizumi ! ^^
» Etixx-Quick Step

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
◇ SHAKE IT OFF ◇ :: Les Domiciles-